COP21: les dés sont pipés en faveur des pays riches

22816309864_a91d2b813d_kHier, 1er décembre, Young Friends of the Earth Europe (les Jeunes Amis de la Terre Europe), aux côtés d’autres groupes de jeunes militant-e-s pour la justice climatique, sont passés à l’action au Bourget, dans l’enceinte de la COP21. Ils critiquaient les tentatives des pays riches de supprimer la notion de responsabilité historique du texte de l’accord en discussion. Les activistes enjoignaient les pays du Nord à reconnaître qu’ils sont à l’origine du dérèglement climatique et de son aggravation, et doivent à ce titre assumer leur juste part des efforts à mettre en œuvre pour y faire face.

“C’est une trahison totale de l’esprit de la Convention des Nations Unies sur le Changement Climatique. Nous avons besoin d’un accord contraignant, juste et ambitieux. Cet accord doit reconnaître à quel point le Nord a dégradé l’atmosphère de façon disproportionnée. Il doit aussi reconnaître que certains pays ont des capacités d’action très réduites et leur donner les outils et les financements nécessaires à assurer la transition dont on a désespérément besoin. Tout accord qui ne remplirait pas ces critères ne pourra être qu’une fausse promesse faite aux jeunes à travers le monde, un pari sur leur avenir.”
Maruška Mileta, Jeunes Amis de la Terre Europe.

Dans leur mise en scène, les activistes présentaient la COP21 comme un casino, dans lequel les pays riches utilisaient des principes tels que l’adaptation ou les pertes et dommages comme des jetons de casino. Ils ont également déployés une banderole portant le message “Ne jouez pas avec notre avenir”.

 

Parallèlement, à Montreuil, d’autres jeunes activistes ont fait écho à cette action en jouant avec de gigantesques dés pipés pour dénoncer le déficit criant d’équité dans les négociations de la COP21. Sur leurs pancartes, on pouvait lire “A la COP, le jeu est truqué en faveur des pays riches”.

Comme l’explique Clémence Hutin, des Jeunes Amis de la Terre, “en 2015, des tentatives de réécriture des principes fondateurs de la Convention de l’ONU sur le climat à la fermeture des frontières, nous avons pu voir les différentes facettes de la violence climatique que les pays du Nord infligent aux pays les plus pauvres. Les pays riches ne font qu’approfondir les inégalités nées d’une crise dont ils sont responsables.”

Ces actions soulignent le fait que les pays riches sont loin d’assumer leur juste part dans les contributions volontaires (INDC) qu’ils ont mis en avant, et qu’ils persistent à ne pas assumer leur responsabilité historique. A l’inverse, la plupart des pays du Sud ont atteint ou dépassé leur juste part dans leur contributions intentions de mitigation.

Contacts presse :

Maruška Mileta, Young Friends of the Earth Europe, marus.mileta@gmail.com, +33642694732

Clemence Hutin, Jeunes Amis de la Terre France / Young Friends of the Earth Europe, clemencehutin@gmail.com, +33669482197